Accueil Dossiers TFGA TFGA n°13 – C’était mieux avant !

TFGA n°13 – C’était mieux avant !

8
PARTAGER

Bonjour à tous ! 

Je suis sûre que le TFGA mensuel d’Alex vous avait manqué, et je trouve que le thème de ce mois-ci est plutôt sympathique, vous m’en direz des nouvelles 😀 La 13ème édition nous inspire la nostalgie avec le thème « c’était mieux avant ». Remarquez l’absence de ponctuation à la fin, qui pourrait tout aussi bien se transformer en question selon notre point de vue. J’ai opté pour la formule exclamative, comme la plupart de mes confrères je pense 😉 Bonne lecture !

« C’était mieux avant ! » Combien de fois dans notre – jeune – vie avons-nous scandé cette imprécation ? Avec cette affirmation féroce, nous nous raccrochons désespérément à notre nostalgie, redoutant tout ce qui a trait à la nouveauté. Et pourtant, ce cher Barney Stinson, grand philosophe devant l’Eternel avec ses idées progressistes affirme le contraire :

New is always better Fille Geek

Dans le domaine du jeu vidéo, « C’était mieux avant » se murmure très souvent parmi les joueurs nostalgiques, souvent adeptes du retrogaming. Ces joueurs ne sont pour autant pas totalement hermétiques à l’évolution des technologies, mais ces dernières finissent toujours par les décevoir sur certains points, leur faisant regretter leur bonnes vieilles consoles (jamais très loin d’ailleurs, la manette toujours à portée de main, au cas où…). Alors oui, c’était mieux avant parce que…

On avait de la nouveauté

Bah oui parce que quand Zelda est sorti, c’était le premier, pareil pour Mario, Final Fantasy, Castlevania, Dragon Quest, Sonic, etc. Aujourd’hui, on réclame à corps et à cris de nouveaux opus de ces licences parce qu’elles sont chères à nos cœur, et on hurle au scandale s’ils ne sont pas édités, tout comme on soupire excédés de la présence de ces énièmes séquelles qui brident l’originalité du jeu vidéo.

cartouches NES Fille Geek

On pouvait ranger nos jeux sur nos étagères

Sans vouloir verser dans la caricature du joueur nostalgique un brin collectionneur, le dématérialisé représente tout de même un véritable fléau pour ce type de gameur. La satisfaction de pouvoir aligner parfaitement tous ses jeux sur ses étagères, les triant par console et par ordre alphabétique (ou par ordre de sortie, par couleur, par affinité ou je ne sais quoi d’autre) était sans égale. Cela permettait aussi d’évaluer d’un coup d’oeil l’étendue de sa collection, et de décider quel jeu devait être fini en priorité. Maintenant, il faut d’abord allumer sa console et explorer sa bibliothèque virtuelle pour trouver l’inspiration…

étagères jeux vidéo Fille Geek

On pouvait lancer son jeu sans installation sur la console

Hop, la cartouche dans la machine, pouf le jeu. Point. Parce que dans la cartouche, qui prenait certes plus de place que les CD qu’on a maintenant, il y avait la place pour une mémoire interne, voire une pile de sauvegarde pour pouvoir y stocker de nouvelles données de jeu. Pas de temps de chargement, pas d’installation sur une mémoire interne ou externe. Juste le jeu.

installation jeu Fille Geek

On avait plus de chances de mourir avant sa console

Avec l’évolution de la technologie vient un autre point : la fragilité des consoles, et même des jeux. Comme dit juste avant, les jeux sont désormais sur CD ou DVD, dépourvus de l’enveloppe protectrice plastique que représentait la cartouche. Et que dire des machines, qui marchent encore aujourd’hui parfaitement, tandis que j’ai déjà été le témoin de décès très violents de quelques Xbox 360…

Xbox anneau rouge Fille Geek

On achetait le jeu en une fois

Je ne peux pas ne pas parler du problème que pose le DLC payant. Je sais que ce point se retrouvera chez beaucoup d’autres confrères blogueurs, mais si c’est le cas ce n’est pas non plus un hasard. C’est une véritable mascarade qui a pris gentiment sa place dans l’industrie du jeu vidéo. Il semble tout à fait normal aux yeux des développeurs de sortir un jeu tout en en gardant un bout (ou deux ou plus) pour plus tard. Alors quand il s’agit de contenu cosmétique, passe encore, mais quand on se sent obligé de sortir du fric pour explorer la totalité du contenu d’un jeu, là non. Le seul exemple actuel qui me donne l’impression qu’on ne se paye pas la tête du joueur c’est Splatoon. De nombreux contenus additionnels viennent enrichir le jeu assez régulièrement, le tout gratuitement. Si Nintendo a adopté ce modèle, c’est probablement que c’est viable, non ?

DLC Jeux vidéo Fille Geek

8 COMMENTAIRES

  1. 5 – Est-ce que le cinéma était meilleur à ses débuts parce qu’il y avait Méliès, Chaplin, Buster Keaton ou D.W. Griffith, comparé à aujourd’hui où Transformers et Twilight sont au box office ?

    4 – Aujourd’hui, non seulement tu peux ranger tes boîtes classiques de jeux vidéo sur ton étagère, mais en plus tu peux frimer devant les potes avec les éditions limitées/collector/top moumoute/steelbook avec figurine inédite.

    1 – Les DLC ne sont pas l’oeuvre du diable. Ce sont des bonus destinés aux fans prêts à payer pour du contenu supplémentaire.
    Les DLC sont un peu comme les scènes coupées sur les DVDs des films. Est-ce que tu te fais arnaquer quand tu achètes un DVD de film sans les scènes coupées ?

    Pour Splatoon, c’est peut-être un cas particulier. Et Nintendo peut très bien faire payer les DLC suivants.
    D’ailleurs, Nintendo fait payé la moindre merde sur Smash Bros.

    • Salut, et tout d’abord, merci pour ton commentaire 🙂
      5- Alors tu m’en poses une belle là, parce que je ne peux pas dire que je suis attirée par le cinéma tel qu’il était à ses débuts, mais je ne suis pas sûre que le box office d’aujourd’hui fasse vraiment honneur au genre (du moins, celui que tu cites). Sans aller jusqu’à ne regarder que du cinéma d’auteur, il y a certainement mieux à voir que ça ^^ (même si j’avoue, j’ai vu tous les Twilight). Là où la comparaison se tient, c’est quand on a des suites, voire des remakes ou des reboots. On aime les (re)voir, ça fait du bien aux yeux que les nouvelles techniques d’effets spéciaux et la HD interviennent, mais est-ce que c’est pas un peu lassant de voir ce genre de chose prendre la place de nouveautés peut-être plus intéressantes ?
      4- Ah, les éditions limités, devant celles de Zelda, j’avoue, je suis faible ^^ Je suis la première à craquer.
      1- Je pense que le cas des DLC mériterait une réflexion à part entière et plus poussée, car il y a DLC et DLC. Par exemple sur Mario Kart 8, le DLC qui t’offre de nouveaux personnages, courses et véhicules, je ne suis pas contre. Je les ai d’ailleurs achetés. Ce sont des packs qui rallongent l’espérance de vie de ton jeu, qui le remettent un peu au goût du jour quand il commence à être oublié sur l’étagère. Après y a ceux qui se payent vraiment ta tête, rien que par leur prix. Certains petits jeux indés carrément plus intéressants coûtent la même chose. Et puis par leur contenu aussi.
      Pour ce qui est de Splatoon, je me demande aussi s’ils ne vont pas finir par proposer du contenu additionnel payant. En même temps, ce jeu est innovant à bien des égards, et fait place à la nouvelle génération chez Nintendo, en la personne de Sakaguchi. Nouvelle IP, nouveau modèle d’ajout de contenu, place au online, à l’esport… Ils testent peut-être quelque chose qui, si cela marche bien, se généralisera un peu plus ?

  2. LOL l’installation de Destiny ^.^ Le truc (presque) impossible si tu n’as pas la fibre.
    Et oui je serais certainement mort avant ma Super Nintendo mais je ne peux pas en dire autant de ma PS4 qui commence déjà à fatiguer.
    Super top en tous cas 🙂

  3. Alors que tu dois actuellement être en route pour les GBA je me rends compte en relisant certains classements que j’avais oublié de commenter le tien ! 😮

    Du coup, je vais finalement me concentrer sur ton n°5, qui en synthétise beaucoup d’autres. Le paradoxe que tu mets en avant est vraie à 100% et symptomatique de beaucoup de joueurs aujourd’hui, en témoigne ma TL : les gens sont fous dès qu’un épisode d’AC sort (pour reprendre l’exemple le plus récent) mais sont les premiers à allumer la licence dès que possible, cherchez l’erreur. Ils ne se rendent sans doute pas compte que, ne serait-ce que par l’achat, ils envoient un signal positif à l’éditeur qui se dit qu’il a bien fait les choses.

    Heureusement, le phénomène n’est pas global puisque, pour rester sur AC qui s’est malheureusement annualisé depuis un moment maintenant, ses ventes sont 50% plus faibles que Unity, qui étaient déjà 50% inférieures à Black Flag.

    Du reste, je suis d’accord en tous points avec toi 🙂

    • Ah ben je m’étais dit que tu l’avais pas aimé mon TFGA, pour ça que tu l’avais pas commenté xD
      Oui effectivement, l’annualisation de certaines licences n’est pas forcément bonne pour lesdites licences, pourtant on les attend avec une évidence qui force un peu cette régularité de parution.

  4. Mais tellement d’accord sur l’installation des jeux: avant on mettait le CD ou la cartouche et basta! Le jeu se lance tout seul 😀
    Maintenant si tu as pas une connexion Fibre , ou au moins Haut Débit, tu moisis devant ton écran >.<

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.