Accueil Tests Tests Nintendo Test de Persona Q: Shadow of the Labyrinth sur 3DS

Test de Persona Q: Shadow of the Labyrinth sur 3DS

0
PARTAGER
Persona Q Fille Geek

Les sushis, les mangas, les J-RPG… Le Japon recèle de nombreuses merveilles, mais je pense avoir cité les spécialités nipponnes qui s’importent le mieux en France de nos jours. Moi qui suis très sensible à la culture de ce pays, ce sont d’ailleurs trois choses dont je me passe rarement. Tiens d’ailleurs aujourd’hui, on est Lundi-Sushis. Oui, moi ma semaine elle ne commence pas par un lundi, mais par Lundi-Sushis. Vous l’avez deviné, c’est le jour où je me commande des sushis. Bref, je m’égare. Aujourd’hui j’étais plutôt venue vous parler de J-RPG, avec le nouveau jeu de la série des Persona, à savoir Persona Q : Shadow of the Labyrinth. A ne pas abrévier PQ, de préférence.

Fraîchement débarqué sur Nintendo 3DS depuis le 28 novembre 2014, ce nouvel opus n’est pas tout à fait une suite des précédents titres parus chez Sony Playstation. Toutefois, il reprend librement des éléments de Persona 3 et Persona 4. En effet, au lancement du jeu, vous pouvez choisir de vivre l’aventure avec les personnages de P3 ou ceux de P4. Ainsi, vous aurez le plaisir de découvrir ce jeu avec votre univers préféré.

Jouabilité

Côté Gameplay, celui-ci est peu différent des précédents opus sus-cités : vous allez en effet être embarqué dans une sorte de dimension parallèle, dans laquelle vous pourrez invoquer vos Persona, ce qui vous donnera des capacités spéciales face aux shadows, les ennemis que vous allez rencontrer dans les labyrinthes (ah, je crois qu’on tient l’origine du nom du jeu là). Il y aura cependant quelques subtilités, à savoir par exemple que vos héros auront rapidement la capacité de choisir un Persona secondaire, en plus de leur principal, à « équiper ». Cela vous permettra de multiplier grandement vos capacités et de varier vos écoles d’attaques, afin de pouvoir au mieux gérer les puissances et les faiblesses de vos ennemis. De plus, il faudra être perspicace quant à la disposition des héros dans l’équipe, car celle-ci comprend une ligne de front et une ligne arrière. Il faudra donc faire attention et placer les personnages ayant des attaques à longue portée derrière ceux qui ne peuvent attaquer que sur une portée réduite.

Persona Q Fille Geek

En outre, l’aspect des relations entre personnages à développer (amour et amitié) a disparu ici, et le monde dans lequel les protagonistes évoluent est restreint. En dehors des donjons, le scénario se développe sur de nombreux plans fixes, et vous n’êtes plus amenés à vous balader le cœur vaillant à droite et à gauche. Au final, il n’y a même pas d’intérêt majeur à rester en dehors des donjons, si ce n’est pour recouvrer sa santé et échanger les composants contre des pièces d’équipement.

Persona Q Fille Geek

On fera également la rencontres de nouveaux personnages très mystérieux qui se joindront rapidement à nous pour cette aventure, et dont on découvrira les secrets au fil du scénario.

Graphismes

Pour ce qui est des graphismes, ceux-ci changent du tout au tout dans cette version 3DS. Et d’ailleurs, plutôt que de tenter de vous l’expliquer avec des mots, je pense que des images seront bien plus parlantes :

Persona Q Fille Geek

En revanche, on constate que, si le chara-design change entre P3/P4 et Persona Q, les personnages restent cependant très reconnaissables et l’univers très pop-color aux accents psychédéliques est de nouveau présent pour habiller le jeu.

Musiques

La bande son qui accompagne le joueur tout au long du titre est absolument magnifique. Tantôt bercé par des envolées lyriques d’une voix cristalline lorsque vous visitez la Velvet room, tantôt stimulé par un refrain de J-Pop survolté, la musique s’adapte parfaitement aux situations et vient agrémenter habilement votre expérience de jeu. Bien entendu, les oreilles les plus averties y auront reconnu celle des précédents volets.

Durée de vie

Concernant la durée de vie, le jeu dispose déjà d’une rejouabilité excellente pour ceux qui ne sauront pas quel univers choisir au début, ou ceux qui voudront faire les deux. Sans vous spoiler quoique ce soit, sachez que le scénario principal n’est cependant pas modifié en fonction de votre choix au début, puisque les deux univers sont au final intimement liés dans cet opus. Mais même sans cela, les donjons sont suffisamment vastes pour vous occuper un bout de temps : une petite dizaine d’heure de jeu est nécessaire… rien que pour arriver à la fin du premier donjon (en comptant tout le temps de mise en place du scénario avant d’y entrer). Mais dans le domaine du J-RPG, c’est bien le genre de la maison, donc ce n’est pas très surprenant.

Conclusion

Finalement, ce titre sait faire les bons compromis et offre un travail très plaisant. Malgré les possibilités et les libertés d’action quelques peu réduites, le gameplay n’en souffre pas pour autant et la durée de vie est largement satisfaisante. Ni une suite, ni un remake, ni un reboot, il s’agit surtout de prolonger le plaisir des meilleurs titres de la série.

Persona Q: Shadow of the Labyrinth

19.99€
Persona Q: Shadow of the Labyrinth
7.4

Graphismes

6.0 /10

Gameplay

7.0 /10

Durée de vie

8.0 /10

Musique

8.5 /10

Points forts

  • Mélange les univers de Persona 3 et Persona 4
  • Cartographie des donjons

Points faibles

  • Pas d'exploration en dehors des donjons

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.