Accueil Humeur du Jour VGHS: Video Game High School

[Série Netflix] VGHS: Video Game High School

2
PARTAGER
Video Game High School Fille Geek

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je reviens vous parler de série. Et comme la dernière fois où je vous avais fait ma critique de Final Fantasy XIV: Dad of Light, si j’aborde ce sujet sur le blog, c’est que l’univers du jeu vidéo est à l’honneur. La série en question est Video Game High School (ou VGHS). A l’origine, cette websérie a vu le jour grâce à un Kickstarter financé à plus de 350%. Elle a ensuite été diffusée sur Youtube, et se trouve maintenant en totalité sur Netflix.

It’s all about the game

De quoi parle VGHS ? Les protagonistes de cette série évoluent dans un monde qui pourrait ressembler à un futur proche. Le jeu vidéo est une activité si populaire que tout le monde le pratique à tout âge. Les chaînes télévisées diffusent en permanence sur les ondes nationales les actualités liées à cet univers. Le trait est un peu grossi évidemment, car on y voit par exemple que les infos liées à un retournement de situation sur une compétition peut interrompre n’importe quel programme télévisé (même une élection présidentielle).

Video-Game-High-School-Fille-Geek
Ernie Calhoun, directeur de la VGHS n’a qu’un dicton : It’s all about the game.

Le personnage principal est Brian, jeune lycéen amateur de FPS. Il joue avec son équipe sur « Field of Fire » lorsque leur serveur est choisi aléatoirement par « The Law », une légende dans leur domaine, pour faire une démonstration télévisée live de ses compétences. Contre toute attente, Brian réussit à survivre et même à vaincre son adversaire. Il est aussitôt admis à la VGHS, où il pourra suivre un enseignement spécialisé dans le domaine du jeu vidéo et rejoindre les meilleures équipes compétitives. Il fait ainsi la rencontre de Ted Wong, amateur de jeux de rythme et de drifts, Ki Swan, combattante, et surtout Jenny Matrix, snipeuse de renom. Sans oublier The Law, son désormais ennemi juré…

Des valeurs positives et un développement inattendu

« Video Game High School is an action/comedy web series about best friends, first loves, and landing that perfect head shot. »
– RocketJump Studios

RocketJump Studios résume très bien cette série : elle porte sur l’amitié, les premières amours, et les headshots bien placés. Si le FPS est mis à l’honneur, on nous montre beaucoup d’autres aspects du jeu vidéo, comme notamment les jeux de course, de rythme, de combat, les (mmo)rpg, et même les jeux sociaux. Les personnages sont caricaturaux mais étonnamment justes. L’excès est au service de l’humour et non de la moquerie.

Bourrée d’humour et de références vidéoludiques, elle est surtout inattendue. Je l’avais sélectionnée principalement pour sa légèreté et bien sûr le thème abordé. Je ne m’attendait pas à voir un tel développement des personnages (surtout dans la saison 3) avec des sentiments complexes et des problématiques d’adultes. Pêle-mêle on verra aborder les relations parent-enfant, la confrontation à la mort (celle dont ne respawn pas), le sacrifice, la séparation et, mine de rien, l’égalité homme-femme. En effet, à aucun moment dans cette série on ne doute des capacités vidéoludiques d’une fille parce que c’est… une fille. Les compétitions sont mixtes et seul le talent compte.

Video Game High School Fille Geek

Cette série véhicule par ailleurs des valeurs positives du jeu vidéo que je pense qu’il est bon de rappeler aussi souvent que nécessaire. Le partage, le fairplay, la persévérance, le travail d’équipe, la diversité… sont parmi les principales qualités que j’y ai toujours associées et la série les reprend parfaitement.

Conclusion

Très facile à regarder et relativement courte, la série VGHS est une très bonne surprise. Avec humour et légèreté elle dépeint le quotidien d’un monde qui ferait rêver beaucoup de gamers, mais aborde des thèmes tout aussi sérieux avec une justesse et une sincérité surprenantes. Une belle découverte qui mérite d’être partagée.

2 COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here